Sélectionner une page

Livre L’art d’avoir toujours raison de Arthur Schopenhauer

 

“Comment maîtriser l’art d’avoir toujours raison”

 

L’art d’avoir toujours raison

L’art d’avoir toujours raison, est un ouvrage incroyablement d’actualité, qui vous permettra de développer un sens de l’autodéfense intellectuelle puissant et redoutable.

Les techniques de dialectique sont légion, une oeuvre atypique d’une rare qualité intellectuelle.

La dialectique est une arme, et le débat contradictoire un combat dont il faut sortir vainqueur. L’art d’avoir toujours raison vous permettra d’analyser votre adversaire pour mieux le terrasser par le verbe.

Vous ne serez plus le même orateur après la lecture de ce livre.

Arthur Schopenhauer

Philosophe allemand du XIXe siècle.

Considéré comme étant son œuvre majeure : « L’art d’avoir toujours raison », publiée en 1964, c’est-à-dire plus de 100 ans après sa mort (il est mort le 21 septembre 1860).

Il est devenu depuis un classique que tout orateur ou futur orateur se droit de lire au moins une fois dans sa vie.

Synthèse : 33 pages

Audio : 40 min

Introduction

Après l’étude de ce livre, vous ne serez plus le même orateur.

Dans « L’art d’avoir toujours raison », Schopenhauer s’est intéressé à la question de l’évolution de la signification des termes « logique » et « dialectique ».

L’auteur cherche à comprendre ce qui lie ces deux termes et en quoi l’un se distingue de l’autre.

L’auteur part d’un constat : les deux termes étaient synonymes pour les anciens, notamment pour les grecques et pour les philosophes qui sont restés parmi les plus significatifs de leur histoire, à savoir Aristote et Platon. 

Pourtant durant l’histoire la signification de ces termes a évolué jusqu’à avoir des sens bien différents.

En effet, jusqu’à ce qu’au milieu du XIXe siècle leur sens se rejoigne à nouveau et redevienne synonyme. 

Le fait que les deux mots « logique » et « dialectique » aient été considérés comme synonyme est, aux yeux de Schopenhauer, quelque chose d’assez incompréhensible, même s’il a du mal à faire une distinction entre leur signification.

L’auteur aimerait définir la logique comme la méthode de la raison et la dialectique comme l’art de la controverse.

La logique traite ainsi des processus de la raison, alors que la dialectique semble être un combat intellectuel entre deux êtres qui se rendent compte qu’ils sont en désaccord.

Ainsi, a priori, les hommes étant rationnels, devraient, en toute logique, s’accorder.

Mais, à posteriori, comme l’homme est par nature sûr de lui, lorsque la pensée d’un autre est différente de la sienne, il ne revient pas sur sa pensée première.

C’est pourquoi, il part du fait que l’autre à tort et c’est, de ce fait, que part la discipline que l’on nomme dialectique.

Pour ne pas créer de confusion Schopenhauer utilisera le terme de dialectique éristique pour parler de la dialectique.