Sélectionner une page

Livre le manifeste de la motivation de Brendon Burchard

9 déclarations pour s’approprier son pouvoir personnel

De Brendon Burchard

livre développement personnel

(Extrait du livre)

Introduction

 

Notre société actuelle est en constante recherche de progrès et de performance.

Néanmoins, notre apparent surplus d’énergie à vouloir faire toujours mieux nous conduit parfois à réprimer nos propres libertés.

Plus qu’un simple ouvrage de développement personnel, le manifeste de la motivation explique comment surpasser nos « démons » intérieurs comment prendre le temps d’être reconnaissant et d’abandonner ce qui doit l’être.

Nous apprendrons aussi, comment réorganiser notre temps au quotidien afin de maximiser nos chances d’être heureux et motiver à l’idée de construire notre vie.

Se réapproprier son pouvoir personnel nécessite des ajustements au quotidien.

Néanmoins, encore faut-il savoir ce que nous pouvons améliorer. Au travers de neuf déclarations, vous allez pouvoir découvrir ce qu’il est possible de faire pour améliorer votre quotidien.

Grâce à cela, vous allez apprendre à vous reconcentrer sur vos valeurs et à ne plus vous conformer à ce que les autres attendent de vous.

Vous pourrez au quotidien être de nouveau maître de vos propres décisions.

Vous développerez vos instances personnelles, mais aussi vos valeurs afin de prendre la place qui vous est due.

Bien évidemment il vous faudra conserver votre intégrité et ne pas perdre de vue ce qui est véritablement important.

Nous passons chaque jour, un temps à incalculable à gérer de fausse urgence, à prioriser des actions qui ne devraient pas l’être au détriment du reste, à savoir le respect et la liberté de notre propre existence.

Mais comment vivre alors, dans un monde qui nous en demande toujours plus ?

Auteur, spécialiste du développement personnel, Richard Burchard nous explique sa méthode et la rend accessible, pour qu’enfin nous puissions nous réapproprier notre propre existence.

 

Chapitre 1 : Sur la liberté

 

Dans l’esprit collectif, un homme se doit d’être libre et heureux.

Pour autant, une liberté mal apprivoisée nuit à la manière épanouie dont nous pourrions vivre notre vie.

Quel que soit leur pays, rares sont les personnes pouvant se targuer de ne pas vouloir être libres.

C’est un fait, l’Homme est en quête d’accomplissement, de réussite et de bonheur. Ce bonheur ne saurait s’atteindre sans liberté.

La liberté est souvent associée à l’authenticité.

Un homme libre est maître de sa vie, de ses pensées est acteur de son propre cheminement.

Néanmoins, nous devons faire face à quelques obstacles qu’il est utile d’apprendre à contourner.

Le premier obstacle est le doute.

N’avez-vous jamais entendu autour de vous qu’une trop grande liberté mènerait la société vers le chaos ?

Que les lois sont là pour être respectées ?

Car oui, dans l’esprit de certains, liberté rime avec insubordination.

Ce n’est pas parce qu’il y a des règles que l’on ne peut être libres.

Ce n’est pas non plus parce que nous vivons dans une société de consommation toujours plus vaste et abondante qu’elle est synonyme de liberté.

Notre désir d’indépendance nous pousse dès l’enfance vers un besoin de liberté.

Certains actes à l’origine de ce besoin peuvent sembler aux yeux de notre société comme des affronts, et marginalisent ceux qui font le choix d’être libres.

L’auteur explique que cela pousse la plupart des gens à interrompre leur progression vers le bonheur plusieurs fois au cours de leurs existences et que ces interruptions sont des obstacles qu’il faut apprendre à dépasser.

 

Un autre obstacle qu’il est difficile de contourner et l’oppression sociale.

En effet, la société cherche à tout normaliser.

Les individus doivent entrer dans un cadre défini et part du principe qu’elle ne peut fonctionner qu’avec un ensemble d’individus conforme à ses attentes.

Selon l’auteur, ce sont nos différences, nos spécificités qui pousseront la société d’aujourd’hui à progresser.

Nous n’aurions jamais fait de progrès scientifique sans ceux qui voyaient au-delà les limites.

L’art n’aurait aucune valeur s’il était toujours lisse et identique.

Pour être libre, il faudrait conserver son authenticité et la déployer ardemment tout au long de sa vie afin de ne pas céder à la conformité sociale et à l’oppression Constance de notre société.

Enfin, l’auteur explique que nous ne sommes jamais plus opprimés que par nous-mêmes.

Pour être libre, il faut savoir se détacher de ce que la société attend de nous.

Il faut être capable de choisir qui nous souhaitons être et où nous voulons aller.

Il faut apprendre à exprimer le meilleur de nous-mêmes afin de montrer au monde nos valeurs, nos aspirations et pouvoir transmettre aux autres un peu de ce que nous sommes.

 

Synthèse du chapitre 1 :

Il faut garder à l’esprit que toute quête se mérite, mais que certains efforts sont toujours nécessaires pour y parvenir.

Il faut donc définir clairement ses objectifs et les garder à l’esprit en les faisant évoluer tout au long de notre vie.

Le doute reste un pendant inévitable de la condition humaine.

Malgré tout, être libre passe par notre capacité à surmonter nos peurs et à tenter d’être la meilleure version de nous-mêmes.

 

Chapitre 2 : Sur la peur

 

À l’origine la peur n’est là que pour nous protéger physiquement d’éventuels danger, prédateurs ou blessure.

Aujourd’hui, bien qu’elle conserve encore parfois ses attributions d’origine la peur n’est là que pour nourrir l’ego et nous donner un prétexte pour cesser d’avancer.

Pour être libres, ou du moins atteindre ce que nous estimons être notre vision de la liberté, nous devons être capables de maîtriser nos peurs.

Pour les maîtriser, il faut être prêts à se dépasser et à vaincre celles qui nous empêchent d’avancer ou de progresser.

Aujourd’hui, la peur sert surtout à nous fournir un prétexte pour ne pas nous dépasser.

Le corps ne se sentira jamais plus en sécurité que lorsqu’il renonce, par peur, à une activité qui pourrait le faire sortir de sa zone de confort.

Publiquement la plupart des peurs ne sont pas admises. C’est à la fois une honte et un bouclier.

Il faut comprendre par le fait que ces peurs sont un frein, souvent illégitime à notre progression vers le bonheur.

Elle limite petit à petit noter marge de comportements qui deviennent alors extrêmement limités.

Afin de combattre cette peur, il est nécessaire d’identifier l’impact qu’elle a sur notre vie quotidienne.

Ce n’est qu’en prenant conscience de ce qu’elle nous fait perdre que nous serons motivés à la combattre pour vivre mieux.

En somme, il faut remplacer la fuite par l’action et donc la peur par la progression.

La peur ne s’installe pas de manière autonome.

Ce n’est que parce que nous la laissons progresser et empiéter sur nos comportements qu’elle devient habituelle et constante.

Malgré tout, on tend à penser que certaines peurs profondes remontent à l’enfance et surtout au conditionnement social dont on a pu être victime plus jeune.

De ces peurs enfantines et entretenues au cours du temps par nos fréquentations, notre environnement ou nos encrages personnels naissent parfois des tempéraments anxieux.

Cette anxiété née parfois d’une surprotection de notre entourage. L’auteur explique que pour vivre libre, il faut savoir se libérer dès le plus jeune âge des limitations qui nous sont imposées par nos proches afin d’apprendre à juger des risques par nous même plutôt que de les craindre par habitudes.

Richard Burchard, explique que pire que la peur, il existe aussi des personnes considérées comme « faibles ».

Il s’agit d’une faiblesse en ce qui concerne la volonté. Certain les dise fainéants, d’autre apathique ou peu ambitieux.

Ces individus bien que parfois fort synaptiques sont ceux dont il faut savoir ne tirer que des leçons à ne pas reproduire.

Servez-vous de ces fréquentations pour décupler votre force et votre volonté à dépasser vos peurs et à vous libérer.

Si certains évitent d’agir par peur d’autre ne font rien pas paresse.

Bien évidemment vous rencontrerez parfois des individus « méchants ».

Ils chercheront probablement à brimer vos libertés. Dépassez-les, car vous ne leur devez rien.

Enfin, ne projetez pas vos peurs et n’anticipez pas d’éventuelles conséquences.

Soyez fier et décidé à prendre des risques pour progresser. Ainsi, vous pourrez tirer les autres vers le haut et vous motiver à faire mieux.

La peur se maîtrise et s’apprivoise, ce n’est qu’une question de volonté.

 

Synthèse du chapitre 2 :

Censée nous protéger d’éventuel danger, la peur n’en reste pas moins un conditionnement humain résolument archaïque.

Néanmoins, nous serions tous capables de dépasser ses peurs et d’en faire une force vouée à nous faire progresser au quotidien.

Bien évidemment, la société se chargera de mettre des obstacles sur notre chemin vers la liberté.

Cependant, avec de la persévérance, nos actions seront capables de nous libérer des contraintes et de nous aider à grandir.

Chapitre 3 : Sur la motivation

 

La motivation peut se définir selon plusieurs éléments.

Il s’agit premièrement d’une volonté impérieuse d’agir. Bien évidemment elle peut être plus ou moins forte selon les cas.

Néanmoins, toute action, s’il l’on souhaite obtenir de bon résultat et atteindre ses objectifs, doit être motivée.

La motivation tire sa source de choix que nous faisons et des décisions que nous prenons.

Nous ne serons véritablement motivés que si nous connaissons les raisons qui nous poussent à agir.

Plus l’objectif final sera clair et défini, plus le niveau de motivation augmentera de manière significative.

Au quotidien, entretenir un haut niveau de motivation permet de donner un sens à sa vie.

Certains chercheurs pensent même qu’avoir un certain nombre d’objectifs permet d’entretenir cette motivation et cette envie de progression constante.

Ainsi, la dépression et autre trouble de l’humeur ne serait qu’une baisse significative de la motivation que nous ne serions pas capables de réguler seuls.

Les études montrent que les personnes motivées quotidiennement tendent à vivre mieux et plus heureux.

En effet, elles choisissent d’utiliser leurs objectifs personnels comme des moteurs.

Psychologiquement la motivation n’est pas quelque chose d’inné.

C’est plutôt un état d’être provoqué par la volonté de faire mieux ou d’obtenir mieux pour nous-mêmes.

La perspective d’un résultat satisfaisant à plus ou moins long terme ne fera que décupler la motivation. Plus les objectifs à atteindre sont élevés et complexes plus le niveau de motivation sera élevé.

Néanmoins, certaines personnes ne parviennent pas à se motiver, et ce, malgré des objectifs élevés.

Elles peuvent par exemple manquer de confiance en elle, ou alors ne pas mettre toutes les chances de leur côté comme pour se trouver une raison d’échouer.

Le niveau de motivation n’est pas seulement proportionnel à vos objectifs il est également proportionnel aux efforts que vous êtes prêt à faire pour y arriver.

Ceux qui n’arrivent pas à se motiver manquent en fait « d’expectative ».

Comme tout, la motivation s’entretient, s’il faut de l’ambition et de l’expectative, il faut aussi faire des efforts.

Les efforts sont aussi basiques que de la concentration, une bonne gestion du temps…

En effet, plus le niveau d’attention sera élevé, plus l’action sera performante et la motivation entretenue.

Les efforts mis en place doivent être constants.

En effet, un effort trop intense aura tendance le plus souvent à entraîner fatigue et lassitude et donc à faire baisser la motivation.

L’auteur rappelle d’ailleurs qu’être motivé ne suffit pas.

Il faut également avoir de la volonté.

Les personnes motivées sont souvent plus heureuses et épanouies.

Ce sont également des personnes résolument positives.

Avoir de la motivation au quotidien et pour sa vie révèle une incroyable envie de progresser.

Elle permet de se détacher de la pression sociale, mais également de gagner petit à petit sa liberté en atteignant nos objectifs.

Bien évidemment, rester motivé demande des efforts et une volonté de faire pour surmonter les obstacles et dépasser ses peurs.

Pour autant, nous en serions tous capables.

À nous donc de trouver ce qui nous convient et d’être acteurs de notre liberté.

 

Synthèse du chapitre 3 :

La motivation est recherchée par la plupart d’entre nous.

Véritable moteur et allié de la productivité nous avons besoin d’elle au quotidien.

Néanmoins la motivation nécessite d’être entretenue chaque jour par le biais de multiples efforts.

 

 

Articles complémentaires :