Sélectionner une page

Livre Managing oneself de Peter F.Drucker

Chacun est le maître de sa propre existence. Il est de notre responsabilité d’en choisir la direction et le cap : 

Nous seuls pouvons savoir à quoi nous aspirons et ce pour quoi nous sommes faits. Longtemps, nos destins nous ont été imposés.

Notre naissance, notre classe sociale déterminaient durablement notre position : même pour les plus favorisés par le sort, le devoir et l’obéissance interdisaient toute vraie remise en cause du rôle qu’on leur réservait dans la société.

Le monde est aujourd’hui bien différent et nous laisse une véritable liberté : à nous de nous situer dans notre environnement et d’affirmer quelle vie nous voulons mener.

Mais c’est aussi une responsabilité de taille, car s’orienter de la sorte n’est pas nécessairement évident.

Les grands hommes et femmes de notre histoire étaient pour la plupart guidés par une vision forte : vocation, ambition, mission au sein de la société. Ils portaient en eux un objectif aussi clair qu’impératif.

Néanmoins, ce moteur n’a rien d’universel.

La plupart d’entre nous devons apprendre et découvrir le chemin qui nous convient au fur et à mesure de notre vie.

Cela nécessite un vrai travail sur soi, notamment axé sur l’auto découverte.

La connaissance de soi peut seule mener à des choix pertinents et constructifs.

C’est en analysant sa personnalité, ses forces et ses préférences qu’on peut déterminer la voie qui nous sera la plus épanouissante.

2 – Découvrir son moi profond

Se connaître réellement et porter sur soi-même un regard lucide est plus rare qu’on ne le croit.

Nombre de personnes ne prennent jamais le temps ni ne se donnent la peine de mener ce travail de fond. À leurs yeux, le résultat va de soi : qui pourrait prétendre en savoir plus long qu’elles sur leur identité ? 

Illusion sincère ou paresse intellectuelle, cette position est toujours peu judicieuse.

En effet, il ne suffit pas de se pratiquer pour se connaître.

Dans le rapport entre personnes, il est fréquent de se côtoyer au quotidien sans jamais vraiment percer les mystères de l’autre.

Manque de communication, quiproquos, conviction de savoir déjà qui il est alors qu’on se base plutôt sur des idées reçues : de multiples raisons et circonstances peuvent brouiller notre vision, nous induisant durablement en erreur.

Il en va de même pour notre moi profond ! Notre vision de soi n’a rien d’objectif.

Elle peut être parcellaire, teintée par des habitudes, biaisée par notre ego ou au contraire nos complexes.

Sans analyse approfondie, il est bien difficile de résumer une personnalité souvent dotée de multiples facettes.

Or, mal se connaître, c’est fatalement prendre les mauvaises décisions — que ce soit au niveau professionnel comme personnel, sentimental, et dans tous nos choix de vie.

Nous suivons alors ce que nous dicte l’émotion ou ce qui nous semble rationnel sur le moment, sans ancrer notre réflexion sur un socle solide.

Nous engager sur une voie qui ne nous correspond pas, même si elle nous attire pour de multiples raisons, c’est nous condamner à la frustration et à l’échec.

Qu’est-ce alors que se connaître ? La question est de taille.

Pour nous diriger dans nos choix, on peut cependant faire émerger trois fondamentaux qui impacteront constamment nos capacités et nos orientations.

Le premier : nos forces, ce pour quoi nous sommes bons ou pas.

La vie est certes faite d’apprentissage et il est toujours possible de progresser.

Néanmoins, nous avons bel et bien des facultés innées dont découle notre performance : un sportif-né ne réussira pas nécessairement autant dans un travail intellectuel, un haut esprit aura du mal à mener des raisonnements très pratiques, etc.

Pour nous améliorer, le plus constructif est justement de définir par avance l’axe qui nous correspond le mieux et sur lequel concentrer nos efforts, sans pour autant nous fermer toutes les portes.

Le deuxième point : nos préférences.

Ce n’est pas réellement une question de goûts, mais revient encore à nos facultés : il existe de multiples manières d’apprendre, de travailler, de prendre des décisions.

Chacun d’entre nous a pour chaque cas des tendances qui lui sont propres et lui permettent de fonctionner de façon efficace.

Contraint à un autre mode de gestion, on sera au contraire souvent perdu.

Beaucoup de personnes se jugent ou sont jugées incompétentes alors qu’elles sont seulement confrontées à des types de raisonnement trop éloignés de leur tendance naturelle !

Là encore, bien se connaître est donc essentiel pour faire les bons choix et exploiter au mieux son potentiel.

Concluons par les valeurs : ces convictions que nous mettons en avant en priorité et sur lesquelles nous ne saurions transiger.

Elles représentent un choix qui n’est pas réellement de notre ressort, mais nous est dicté par notre âme et nos instincts : par exemple, favoriser la liberté individuelle par rapport au collectif, préférer l’ordre à une désorganisation parfois plus créative, etc.

Les valeurs ne sont pas quelque chose d’universel, car la plupart se défendent et peuvent coexister harmonieusement dans la société.

Pour autant, elles n’ont rien d’anecdotique ni d’interchangeable.

Les laisser en arrière, c’est se renier au risque de sombrer dans l’insatisfaction.

 

Synthèse du chapitre :

On est souvent trop prompt à croire se connaître.

La lucidité passe par un vrai travail d’auto découverte, destiné à mettre au jour ses besoins, ses failles et le mode de vie qui pourra le mieux nous correspondre. Ce processus est aussi vaste que riche.

Pour éviter de s’y perdre et se donner une boussole dans ses décisions à long et à court terme, on peut cependant se concentrer sur trois fondamentaux : les forces, les préférences et les valeurs.

Ce socle permet d’esquisser une identité, mais surtout des besoins et des facultés : on y verra alors beaucoup plus clair sur les choix les plus pertinents pour nous.

Les articles complémentaires :

1- Le livre How to sell anything to anybody de Joe Girard

2- Le livre Buying customers de Bradley J.Sugars 

3- Le livre Launch de Jeff Walker

Rejoignez nous sur :