Sélectionner une page

9 livres indispensables

pour réussir dans les affaires 

Vous ne pourrez plus dire

” Je ne sais pas quoi lire pour réussir “

 

Sell or be sold de Grant Cardone

” Comment être sur le bon chemin : Business et vie perso”

(Extrait)

 Introduction 

Malgré les quatre livres à succès que Grand CARDONE a écrit et dont le premier autoédité, rebaptisé et revisité

« Sell to survive »

qu’il vous propose de lire aujourd’hui et qui est selon lui l’un des meilleurs livres sur la vente de ces 50 dernières années

Ses trois autres livres ont eu relativement plus de succès comme 

 « Closer survival guide »

 « If you’re not First you’re Last »

devenu un Best-Seller du New York Times, et

“The 10X Rule”

 

qu’il avait l’habitude de présenter dans les émissions télévisées.

 

Pourtant, parmi les milliers de commentaires que ce premier livre renommé « Sell or be sold – Comment tracer sa route dans les affaires et dans la vie. » 

est celui qui lui paraît le plus indispensable à connaître pour un professionnel de la vente.

 

 Chapitre 1 : La vente : un mode de vie

La vente, comme l’explique Grand CARDONE, n’est pas seulement un emploi, loin de là. Elle est le propre même de la survie de chaque individu.

Elle permet d’apprendre à négocier, à influencer, voir manipuler la personne en face de soi afin d’en tirer parti pour son propre compte.

 

C’est tout simplement un don afin de savoir se débrouiller seul dans la vie. Cela concerne donc n’importe qui dans n’importe quelle situation.

 

Peu importe la qualification mais plutôt le but que l’on s’est fixé à obtenir. La vente est à elle-seule un exercice de style.

 

Grand CARDONE aborde la commission non pas seulement comme une réussite financière mais plutôt valorisante pour un bon service rendu et surtout être reconnu.

 

Ce qui représente pour lui, une valeur ajoutée bien plus importante à long terme. 

Il compare les effets d’une bonne commission comme une porte ouverte au bonheur dans sa vie familiale, l’amour de son conjoint, ainsi qu’un bon état de santé.

 

Il ne résume pas un bon vendeur à ses techniques de ventes douteuses.

 

Au sujet de ses nombreux business, Grand CARDONE a le plus souvent été confronté au négativisme de l’ambiance générale des gens qui ont des idées sur tout mais qui ne sont en fait pas des professionnels en affaires.

 

Que ce soit dans les domaines de l’immobilier, de fonder une société ou bien des métiers de la vente, les fausses rumeurs circulent à tort et pénalisent les faits sans biens fondés.

L’auteur nous présente la vente comme représentative d’un rôle essentiel pour chacun et dans n’importe quelle situation. 

 

Il la considère comme une compétence acquise non pas dans l’enseignement scolaire mais sur le terrain et indispensable à la réussite en général.

 

Il la détermine non pas sur les aptitudes de son curriculum vitae mais sur sa capacité à convaincre et sur sa force de persuasion à obtenir l’objet de son désir.

 

Synthèse du chapitre :

 

Grand CARDONE compare la vente à un mode de vie 

Les bénéfices de la commission de vente s’apparentent à une complète réussite dans sa vie non seulement financière, mais aussi sociale, de couple et familiale.

Bien qu’elles ne soient pas apprises dans les établissements scolaires, les capacités à la négociation et les principes de convictions sont considérés comme les outils essentiels à la réussite dans la vie et ce dans n’importe quel domaine.

 Questions du chapitre un :

 

-Durant cette dernière semaine, quelles sont les trois choses que vous avez accomplies qui ont nécessité vos compétences en vente ? 

-D’après l’auteur, quelle est la raison numéro un d’échec pour les entreprises ?

 

-Quelles sont les trois commissions que vous recevez dans la vie (autres qu’en argent) ?

 

-Quelles sont les deux compétences qui assureront la position d’une personne sur n’importe quel marché ?

  

 Chapitre 2 : Les commerciaux font tourner le monde

 

 Pour Grand CARDONE, les commerciaux sont indispensables au bon fonctionnement de l’économie mondiale.

 

Il explique qu’en exerçant ce métier, tout est réalisable, jamais sans emploi et le compare à un art de vivre dans la société.

Il déclare que le monde ne pourrait pas tourner sans eux et que malgré l’avis de tous, considérant que le métier de commercial n’était pas un « vrai » métier, lui, pense que c’est exactement le contraire qui est vrai.

 

Il présente l’université contraire à l’apprentissage du métier de la vente et conseille vivement aux jeunes qui fréquentent ses séminaires à prendre ce chemin essentiel à leur réussite personnelle en leur prouvant que l’école ne le leur apportera pas.

Il remet le système éducatif en cause dans le principe même d’apprendre mais non d’agir et de poser les bonnes actions qui permettent la réussite dans le domaine économique.

 

Son raisonnement tend à admettre que l’école est nécessaire mais n’apprend pas l’essentiel quant à la réflexion suffisante de pouvoir résoudre des problèmes et contribuer à être autonome et performant dans le marché du travail.

 

Les écoles enseignent des matières générales mais ne se penchent pas sur l’apprentissage du bon développement financier d’une entreprise.

 

Finalement, quel que soit le domaine choisi, personne ne sera en capacité de réussite s’il ne connaît pas la négociation, la persuasion afin de faire fructifier ses acquis.

 

La seule erreur serait de ne pas savoir différencier un escroc d’un bon vendeur.

Apprendre à bien communiquer est la base relationnelle indispensable dans la vie de chacun.

 

 Synthèse du chapitre 2 :

 

Sans commerciaux, le monde ne serait pas en capacité de fonctionner. 

Malgré un système éducationnel nécessaire dans les matières générales, on peut remarquer un véritable manque dans les domaines réels économiques et sociaux.

L’apprentissage de la communication en est une base essentielle.

Questions du chapitre deux :

 

-Quelles sont les trois libertés qui résultent de la vente ?

-Quelles sont les quatre choses qui dépendent de commerciaux ?

 

-Avec vos propres mots, décrivez l’importance de la vente face à l’économie.

 

-Selon l’auteur qu’est-ce qui va vous aider ou vous empêcher de vendre et comment cela affecte votre vie ? 

Chapitre 3 : Professionnel ou amateur  

 

C’est à l’âge de 26 ans, que Grand CARDONE après un intense travail de recherche sur le sujet a pu profiter de ses talents de vendeur accompli et en tirer suffisamment de bénéfices.

Cependant, il reste conscient que tout le monde n’atteindra pas ces capacités s’il ne les apprend pas et ne pourra pas réussir ses rêves.

 

Il considère en effet que la plupart des gens n’atteindront pas leurs objectifs à 100 % et ne se considèrent d’ailleurs pas comme des vendeurs et à part quelques exceptions d’hommes très connus par leur réussite, ils ne sont qu’une poignée à en tirer de réels bénéfices à succès.

 

L’auteur nous propose de définir où nous en sommes concrètement dans notre vie et si nous avons de quelconque à priori sur la vente qui agirait comme une sorte de blocage inconscient dans notre capacité à réussir. 

 

Il nous invite à redevenir plus pragmatique et à prendre les devants plutôt qu’à s’en remettre au hasard de notre destinée.

 

Si l’auteur nous démontre la différence entre les quelques vrais professionnels et les amateurs de la vente, c’est dans l’engagement de la profession qu’il juge l’entière responsabilité du vendeur plutôt qu’à l’absence de son talent.

 

C’est dans un vrai désir de progresser et de réussite que le jeu se joue.

 

Il s’en remet à notre propre conscience de ce que nous désirons vraiment, plutôt qu’à de fausses excuses pour la plupart du temps 

 

C’est encore une fois par la différence de motivation qu’il démontre la réussite des meilleurs.

 

La motivation à elle-seule ne suffit pas à connaître les ficelles du métier, il faut redoubler d’adresse et d’apprentissage pour parfaire aux résultats escomptés.

 

Synthèse du chapitre 3 : 

 

Grand CARDONE se permet de nous poser des questions afin de remettre en question afin de réaliser à quel stade nous en sommes et à ce qu’il nous reste à parcourir afin d’atteindre nos buts. 

Sa détermination nous montre à quel point il a lui-même donné de son temps et combien il s’est investi pour se démarquer comme d’autres illustres personnages connus de tous.

 

Il nous invite à faire de même et à redoubler de courage et de détermination.

 

Questions du chapitre trois :

 

-Quelle est la différence entre un professionnel et un amateur (avec vos propres mots) ?

 Après avoir répondu, vérifiez ce que vous avez laissé de côté en se référant au livre.

-Écrivez trois qualités habituellement manquantes aux vendeurs : …

-Maintenant, écrivez trois qualités que vous avez observées manquant réellement chez les vendeurs : …

 

-Quelles sont les trois différences entre la médiocrité et l’excellence, comme indiquées par l’auteur (cochez les éléments que vous devez renforcer) ?

 

-Lorsque l’économie entre dans un creux, quelle est la différence la plus importante entre ce qui arrive aux “grands” et ce qui arrive aux amateurs ?

 

Rejoignez nous sur :

9 livres indispensables

pour réussir dans les affaires 

Vous ne pourrez plus dire

” Je ne sais pas quoi lire pour réussir “